La Gâchette du Maroc : Magazine satirique marocain

http://www.lagachettedumaroc.com
Petit Taxi-vilisés ?

06.03.2006

Avec le port de la ceinture obligatoire, les marocains et notamment les chauffeurs ont du se plier à des règles de civisme élémentaires, non par choix, mais par peur du gendarme. Depuis quelques mois la police et les gendarmes font pression sur les automobilistes concernant le port de la ceinture, menaçant d’une belle amende les plus honnêtes, ou d’une joli richwa les plus filous.

Echappent à cette règle certaines catégories de véhicules. Ainsi les « Grands taxis », qui n’ont de grand que le nom, s’en tirent à bon compte. Il est en effet inconcevable pour ces chauffeurs de Mercedes dossenkarant de demander à leurs clients de s’attacher avec le « hizam salama ». Avec quatre personnes à l’arrière, comment installer quatre ceintures ? Mission impossible surtout si il faut après les attacher. Il faudrait une ceinture ventrale unique que les 4 passagers pourraient se partager.

Reste l’épineux problème des deux passagers à l’avant. La place du mort comme on l’appelle, est occupé par le mort évidement, et Azraël qui tient en équilibre, une fesse sur le fauteuil et une autre sur un coussin au dessus du frein à main. Pour attacher nos deux co-pilotes avec une seule ceinture, il faudra se lever de bonne heure.

Mais les grands taxis ne sont pas les seuls à faire de la résistance. Leurs petits frères tout rouges à Fez, tout bleus à Rabat,… ont boycotté la ceinture, qu’elle soit de chasteté ou de sécurité. Les petits taxis –on a de l’imagination au Maroc pour appeler les taxis- jouent aux refuznik et obligent également leur clients à enfreindre la loi.
Si par un automatisme civique vous tentez d’attacher la ceinture en montant dans un petit taxi, vous verrez une tête grimaçante qui sera irrémédiablement suivie d’un : « la la, bla samta ! ». Inutile de résister, le chauffeur à toujours raison. De toute façon la police ne vous arrêtera pas puisqu’ils ferment les yeux sur les révolutionnaires du taxi.

Si les grands taxis avaient une raison technique et économique pour ne pas porter la ceinture, les petits n’ont aucune excuse. Ah ces petits, ils veulent toujours faire comme les grands !

Bouchta Jebli | Copyright La Gâchette du Maroc